Une Marketplace locale pour relancer l’économie de votre ville ! L’exemple d’Angers

Sorry, this entry is only available in French. For the sake of viewer convenience, the content is shown below in the alternative language. You may click the link to switch the active language.

En France, les inégalités sont nombreuses en terme de commerce. 

Qui n’a jamais fait ce constat ? Déambuler dans les rues et voir que dans certaines d’entres elles, les boutiques à vendre ou à céder sont plus nombreuses que celles accueillant des visiteurs. Ce n’est pas une impression ! D’après le PROCOS, elle atteint les 15% dans certaines villes de France en 2016. La Fédération compte même 3 villes (Béziers, Moulins, Vierzon) qui se situent entre 20% et 25% ! Toujours d’après le PROCOS, le taux moyen en centre ville passe de 7,2 % en 2012, à 9,5 % en 2015 pour finir à 12 % en 2018. Soit une évolution de 71,43% en l’espace de 6 ans ! Il y a urgence à agir. 

Le 14 mars 2020, le Gouvernement français ordonne la fermeture de tous les commerces considérés comme “non essentiels”. Il faut limiter les déplacements de la population et donc de la propagation du virus Covid-19. Les rideaux se baissent, seuls les commerces de bouche et les supermarchés restent ouverts. 

Face à cela l’inquiétude et la peur des commerçants augmentent. En effet, ces fermetures peuvent engendrer des pertes colossales voire la faillite pour les plus fragiles. 

En effet, fermées, les boutiques ne peuvent plus vendre. Les stocks sont immobilisés et deviendront pour la plupart obsolètes au moment de rouvrir ! Prenons l’exemple du prêt-à-porter, comment espérer vendre des manteaux d’hiver encore en rayon, quand elles ne pourront réaccueillir du public que courant mai, voire juin ?

Dès le début du confinement, Cédric O, Secrétaire d’État chargé du Numérique, demande à toutes les entreprises tech à se mobiliser en faveur de l’économie. Wishibam répond à l’appel et se voit ainsi inscrite par le Ministère de l’Economie, parmi les offres préférentielles pour permettre aux commerçants de poursuivre une activité. La marketplace d’Angers peut se développer ! 

Wishibam, de start-up à leader français de la digitalisation des commerces physiques

Courant 2018, Wishibam, entreprise française spécialisée dans la digitalisation des points de ventes en France, livre le eshop de The Village Outlet. Le site est le miroir digital du centre commercial. Il permet aux internautes de commander depuis chez eux les articles disponibles sur place, sans avoir à se déplacer. Les clients ont au choix, une livraison à domicile ou un retrait en click and collect sur place. 

Nos solutions sont primées Meilleure Innovation Retail au monde via les MAPIC Award mais aussi à Vivatech dès la première année d’exploitation. Et en plus d’être un exploit technique, le succès au niveau des commerçants est immédiat. En un an, les magasins enregistrent une progression de leur chiffre d’affaires direct (+12%) et de leur trafic (+30%).

Nous voulons devenir le champion français de la digitalisation des points de ventes physiques qu’ils soient enseignes, indépendants ou franchisés. Nous sommes donc sans cesse à la recherche de nouvelles solutions, et pour cela nous avons donc décidé de mettre notre savoir faire au service des villes.

Angers, une ville jeune et leader en nouvelles technologies

Nous nous sommes tournés vers Angers pour plusieurs raisons.
Tout d’abord, la ville compte
152 960 habitants en 2017, dont 63,2% ont moins de 45 ans (chiffres INSEE de 2015). La population est donc jeune et sensible aux nouvelles technologies. Mais surtout, Angers est labellisée French Tech, et ce, depuis 2015.

Cette appellation désigne un ensemble d’entreprises et start-ups qui n’ont qu’une idée en tête : faire d’Angers la référence en France et à l’étranger sur l’innovation. Et parmi leurs actions, c’est FoxInTheCity qui permet la réunion entre Wishibam et Angers FrenchTech. Mais aussi, l’appel à projets Territoire Intelligent lancé par Christophe Béchu, Maire d’Angers et Président d’Angers Loire Métropole. Ce programme cherche à optimiser les services publics, à améliorer la qualité de vie des citoyens et économiser les ressources en s’appuyant sur les technologies, comme l’explique Constance Nebbula, élue déléguée au Numérique et à l’Innovation.

Nous avons décidé de participer à cet appel à projet en proposant notre projet de marketplace locale.

Notre objectif est de donner aux commerçants les moyens pour lutter à armes égales contre les géants du web. Pour cela, on leur permet d’ouvrir leur boutique en ligne sur la marketplace locale et citoyenne de la ville. Ils sont disponibles en ligne et en physique, le client peut acheter à toute heure du jour et de la nuit.

Si nous avons choisi de participer c’est parce qu’à ce jour, nous sommes les seuls à avoir développé une technologie permettant aux commerçants d’intégrer facilement une plateforme e-commerce qui leur permet s’affranchir de facteurs exogènes, en vendant en ligne sur une marketplace locale 24/7. Cette solution est pensée pour pérenniser et développer le commerce de détail sur le secteur de l’agglomération et participer au rayonnement du territoire grâce au Phygital Intelligent.

Qu’entendons-nous par Phygital intelligent ? Tout simplement, cette capacité de connecter les magasins des commerçants au monde entier, facilement. Le territoire devient alors une marque internationale par le biais de sa marketplace dont la puissance égalera les géants américains et chinois.

Pour la marketplace, il est donc bien question de synchroniser les catalogues des commerçants. Le client commande en ligne les produits de ses boutiques préférées, comme s’il était sur place. Les commandes sont expédiées via le ship-from-store, et la livraison est au choix, à domicile ou en click and collect. Le commerçant voit son activité se développer sans avoir à passer par des entrepôts de stockage. 

Grâce à cette marketplace, Angers peut redynamiser son commerce local, augmenter la rentabilité de ses boutiques et faire baisser son taux de vacance commerciale (qui est déjà l’un des plus faibles de France) 

En début d’année 2020, le projet est déjà bien avancé. La crise du Covid-19 n’a fait qu’accélérer la mise en route. Et c’est ainsi que le 20 Avril, Angers devient la première ville de France à voir ses commerces rouvrir leurs portes

« Nous étions dans les starting blocks malgré la crise sanitaire que nous traversons et le confinement imposé. Les solutions numériques comme Wishibam sont là pour accélérer la transition vers une société plus durable et responsable et nous allons créer du lien au sein de l’écosystème angevin pour construire le modèle de demain en menant une réflexion éthique sur le rôle et l’usage de l’innovation ». — Corine Busson-Benhamou, directrice d’Angers French Tech
Bandeau-compte

AngersShopping, une marketplace pour rouvrir les commerces

Le 14 mars 2020, le Gouvernement demande à ce que tous les commerces dits “non essentiels” ferment leurs portes. Les citoyens ne doivent plus se déplacer afin de limiter la propagation du Coronavirus. Or un commerce a besoin de ses clients pour tenir. 

C’est pourquoi, Wishibam a choisi de lancer angersshopping.com, en collaboration avec la ville d’Angers, le bureau Angers FrenchTech, mais aussi avec la Chambre du Commerce et de l’Industrie du Maine et Loire et l’Association de commerçants Les Vitrines d’Angers

Le but de ce site : réunir un maximum de commerçants angevins sur une seule et même marketplace leur permettant de rouvrir leur boutique, et de refaire des ventes. Mais cette fois, en ligne.

Charlotte Journo-Baur, présidente fondatrice de Wishibam déclare : « Murakami écrit : “Une fois que tu auras essuyé cette tempête, tu ne seras plus le même”. La digitalisation, nécessaire au secteur du retail, a été accélérée par cette tempête qu’est la crise sanitaire, et aujourd’hui, nous pouvons ensemble assurer le changement nécessaire non seulement à la survie de votre ville, mais aussi à son foisonnement dans la normalité post-confinement.»

En l’espace de quelques jours, l’entreprise française reçoit 400 demandes d’adhésion de commerçants. Ils sont indépendants, enseignes, franchisés. Certains possèdent un site en ligne, d’autres découvrent le ecommerce. Mais tous n’attendent qu’une chose, reprendre leur activité ! En 10 jours, le site est entièrement développé à l’image de la ville et de ses commerçants !

AngersShopping, une marketplace qui relance l’activité locale

Angersshopping.com est mis en ligne le 20 avril 2020. Grâce à lui, plus d’une centaine de commerçants angevins reprennent leur activité. Pour la plupart, les ventes étaient arrêtées depuis plus d’un mois. 

En seulement deux semaines, le site enregistre des chiffres records qui boostent le moral des commerçants. Ils finissent également de convaincre ceux qui déclaraient, jusqu’à aujourd’hui, ne pas être intéressés par un tel projet. Tous y voient une aide formidable pour relancer leurs ventes.

angers-business-case

En résumé, 8 jours d’Angersshopping, ce sont : 

70 000 visites uniques

570 000 pages vues, c’est-à-dire, 570 000 visites en boutique puisque une page correspond à une enseigne !

45 000 euros de chiffre d’affaires entièrement remis aux commerçants

A ce jour, la majorité des commandes provient des angevins et est livrée dans le délai, annoncé par le site, de 72h. Une équipe dédiée prend rendez-vous avec le client et vient déposer le ou les articles chez lui en toute sécurité. 

Quelques commandes sont expédiées par la Poste, et plus les jours passent, et plus le nombre augmente.  

Jour après jour, les demandes d’inscription ne cessent d’arriver. Wishibam travaille donc activement sur le lancement de la marketplace de Nice, qui sera suivie d’Antibes, de Clichy, et même de l’Ile de la Réunion. 

Ensemble, relançons notre économie. Ensemble, permettons à nos commerces de reprendre leur activité en ligne, et en toute sécurité.

#restezchezvous

Photo principale : Delphine Perrin, pour la ville d’Angers



COVID-19 : NOUS OFFRONS NOS SOLUTIONS

Afin de pallier au manque d'activité économique, nous offrons

gratuitement et sans engagement

nos solutions aux commerçants tout au long de la crise sanitaire